FC Aarau - Servette FC 3-3 : le verre à moitié vide ou à moitié plein ?

04 mars 2019 - 220 vues
Télécharger le podcast
FC Aarau - Servette FC 3-3 : le verre à moitié vide ou à moitié plein ?

Au coup de sifflet final, en réagissant à chaud, il était bien difficile de se faire un avis. Deux points de perdu ? 1 de gagné ? Tant ce match a été fou par son scénario entre l’équipe en forme de Challenge League et le leader. Un leader qui voulait confirmer sa victoire à Kriens mais qui devait composer avec l’absence de Séverin, Koné et Schalk.

Ce match démarra timidement avec des grenat qui semblent timorés et ne se créent aucune occasion. Ils se font logiquement punir à la 31ème minute sur une partie de billard dans les 16 mètres genevois, sur une frappe du pivot (ou péripatéticienne au choix, nous verrons par la suite) Maierhofer déviée et accordé à Neumayr. On savait que cette rencontre allait être un traquenard, les craintes se sont avérées fondées.

Servette réplique avec une demi occasion d’Alphonse mais ce sont les argoviens qui manquent d’aggraver le score sur deux actions coup sur coup après 40 Minutes de jeu : Frick qui remporte son duel face à Neumayr puis Routis qui sauve sur la ligne (main ou ventre ? Les images ne sont pas claires). 
Ce break d’Aarau interviendra 180 secondes plus tard, par Neumayr sur un pénalty TRÈS GÉNÉREUX accordé par M. Bieri sur une belle représentation théâtrale de Maierhofer qui ne s’est pas gêné pour célébrer ce joli cadeau (on vous avait prévenu).

Ce même Alain Bieri qui confirme sa belle prestation lors du dernier FC ASF - FC Constantin et montre encore tout son amour envers les romands. Mais revenons à nos moutons. 

Les genevois attaquent la deuxième période de façon plus offensive et sont récompensés sur un corner de Wüthrich repris par Rouiller à la 56e. Steve qui ouvre son compteur but cette saison, tout comme
Seb au niveau des assists. Un espoir d’égaliser qui devient réalité 10 minutes après par le super-sub Chagas qui reprend de la tête une « trivela » de Iapichino. 6e but de la saison pour le 4e attaquant dans la hiérarchie qui montre ainsi que l’on peut toujours compter sur lui.

Déjà qu’à la mi-temps, on pensait que ça allait être difficile de ramener le nul, en 20 minutes Servette a refait son retard. Puis la 82e arriva. Suite à une passe en retrait, la gardien argovien se manque complètement et Stevanovic s’en va profiter de l’offrande pour le 2-3. À ce stade là, prendre les 3 points était déjà un excellente opération.

Toutefois, Bieri allait décidé du partage des points. Sur un centre venu du côté gauche d’Aarau, Iapichino fait la bêtise de laisser traîner son bras sur l’épaule de Maierhofer (décidément) qui fait parler son vice et obtient la sanction suprême. On ne dira pas que ce péno était cadeau bien au contraire, mais on doute que l’arbitre aurait eu le courage de siffler dans l’autre sens. Neumayr étant sorti, c’est Misic qui se présente face à Jérémy et le transforme à la 91e. 

Score final 3-3, une égalité logique et un sentiment partagé sur le résultat du côté grenat.

Les notes

Frick : 6,5
Un match de bonne facture de notre dernier rempart, qui ne peut rien sur les 3 buts mais réalise deux arrêts à des moments importants. Il évite une probable défaite.

Sauthier : 6,5
Alors oui, il y a cette « faute imaginaire » qu’il commet mais en dehors de ce fait de jeu, il réalise un très bon match et est le seul défenseur à être au niveau.

Routis : 5,5
Avec le retour de son compère de charnière, on pouvait s’attendre à ce que sa prestation précédente soit du passé. Que nenni, il n’a pas été au niveau que l’on attend de lui, en espérant que cela ne soit qu’une mauvaise passe.

Rouiller : 5,5
Pour la première fois de la saison, on l’a sentit très fébrile malgré son premier but sous la tunique servettienne. Il est coupable sur l’ouverture du score en manquant son dégagement de la tête.

Iapichino : 5,5
À la fin du match, on voit quelque chose qui saute aux yeux : son profil est plus celui d’un ailier que celui d’un latéral. Malgré sa superbe passe décisive pour Chagas, il condamne défensivement l’équipe sur le 1-0 avec un repli défensif digne de Marcelo puis en concédant un pénalty stupide à la 90e.

Stevanovic : 5,5
Son but opportuniste sauve son match qui n’a pas été transcendant, avec beaucoup de longues passes manquées.

Maccoppi : 3,5
Le maillon faible. Des mauvais choix, des passes qui ont finit en touche. Remplacé par Imeri à la 93e.

Cognat : 5,5
Un match discret de sa part, on ne l’a pas beaucoup vu.

Cespedes : 4,5
Pour son retour dans le 11 titulaire, on n’a qu’une chose à dire : merci à Geiger de l’avoir remplacé par Chagas, qui s’est montré plus décisif en un quart d’heure que Boris en trois quarts d’heure.

Wüthrich : 6
Au vu de ses dernières sorties, celle-ci montre qu’il y a du mieux. Une anomalie a été réparée ce soir avec sa première passe décisive de la saison. Remplacé par Follonier pour les 10 dernières Minutes qui est comme à son habitude : nonchalant.

Alphonse: 6,5
Comme à son habitude, le vétéran réalise un match somme toute correct et se  montre précieux dans son rôle de 9 et demi. A l’origine de l’égalisation.

Article rédigé par Alexandre Rossignol.